Pléchâtel - Circuit de la Pierre longue

Parcours balisé dans les deux sens
Longueur : 10 km - Temps : 2h30
Très facile
Balisage rouge

Les panneaux d'informations ne sont pas encore installés sur le site. En revanche, le balisage a bien été effectué.

Si vous rencontrez des difficultés durant le parcours, souhaitez donner votre avis sur le circuit, souhaitez signaler des dégradations, remplissez le formulaire sur le site de la commune (bas de page).

1 8u1tfe4yb5v6d9zge4ytqvt2w0skt8-pre

Autorisation carte IGN n°40-16-504 - Extrait de Scan25® ©IGN-2015

2 5emsbquobzs4btcxh0yq9tqwv2wzlu-pre

1 Le village du Châtellier              5 La Ferronais

2 Le vieux pont                                           6 La Hersonnais

3 Le moulin de Quenouard                   7 Les Ardoisières

4 La pierre longue


Départ sur le parking à droite avant d'arriver au restaurant de la Halte du Volcan situé lui sur la gauche.

Le volcan n'a jamais existé, il s'agit d'une légende ancienne datant des années 1920.

Dans le Tertre Gris existait une mine d'exploitation de matières organiques entraînant la formation de terrils. De la combustion de ces terrils s'échappait une épaisse fumée noire, d'où la légende du Volcan du Tertre gris.

1 Le village du Châtellier

Le nom de ce village est lié semble-t-il à l'existence d'un château.

Dans le vieux village, certaines maisons datent au moins du 18e siècle dont une de 1615.

C'est le second hameau de la commune. De 1944 à 2014, sa population est passée de 80 à plus de 400 habitants.

À l'époque il y avait une vie importante dans ce village rural situé sur l'ancien axe Rennes/Nantes. En effet on y comptait 3 cafés, 1 commerce, 2 écoles et une chapelle.

Deux cafés fermèrent en 1940, le commerce et le 3ème café en 1999.

L'école primaire publique, inaugurée le 15 septembre 1904, stoppa son enseignement en 1955. Le bâtiment sert aujourd'hui de salle des fêtes.

L'école primaire privée située à côté de la chapelle et inaugurée le 8 octobre 1899 fonctionne toujours et compte une centaine d'élèves.

Les cloches de la chapelle construites entre 1880 et 1885, ne sonnent plus aujourd'hui. Seul un office y est célébré chaque année le 15 août.

3 pyf0h4x3exmegdff3obaowcv493hoi-pre

Carte ancienne - Collection LD

Les gens sortent du café, à côté : épicerie, tabac, cabine téléphonique, dépôt de pain... Juste après et à droite du café, la maison du maître de l'école publique avec sa toiture en pointe. Au fond et à gauche la chapelle et l'école privée.

4 j9yss9lzi9tbnkrs0v52t8b7somud8-pre

Même emplacement quelques décennies plus tard.

5 kguxyl9888xlpr94z35m25td1r3u2p-pre

Chapelle construite de 1880 à 1885 par l'architecte Arthur Regnault

6 sbdj82kl6hoxv8xsgsvdy9ruphgwnf-pre

Nouvelle cantine scolaire (septembre 2014)

7 lrg8f1vv9ypblph0j6ra62v6nut86b-pre 8 u2x06yv94azp0g1bl8m2bejaj0po1t-pre 9 0vvvmdchq5iktw63mjhxeqd2uiqei9-pre

Ancienne école publique : la maison du maître d'école et les deux classes aujourd'hui utilisées comme salle des fêtes.

2 Le vieux pont

Datant vraisemblablement du Moyen-Âge (14e siècle ou avant) était situé un pont qui permettait de franchir le Semnon.

En regardant vers la gauche, et à gauche de la rivière, on aperçoit un rocher vertical au milieu de la végétation.

À cet endroit, dans les années 50, les femmes du Châtellier venaient y laver le linge.

10 6r76zb6try521p40t658gkf5jwc3cw-pre

La Grande Roche appelée aussi le Grand Perron

3 Le moulin de Quenouard

11 6cgfgpqk6q02ghx10rfk5c93nej79y-pre

Carte ancienne - Collection LD

12 mbix1qnpesi8hh087xqvzs97b10ld9-pre

Sa construction remonte à 1383. Il est d'abord utilisé comme moulin à foulage puis comme moulin à céréales.

Modifié et reconstruit à 2 ou 3 reprises, il a fonctionné durant plus de 600 ans.

La transmission est familiale depuis le 18e siècle, il appartient toujours à la même famille. Le moulin a cessé son activité en 1970.

Pour plus de détails, vous trouverez ici la maquette ainsi qu'un diaporama photos du moulin.

4 Le menhir de la pierre longue ou menhir du Perrain

13 4espnfy1olbwak730dovse7ci86n91-pre

Menhir : traduction du mot breton Men pour pierre et Hir pour long ou grand.

Cette pierre provient probablement des carrières du Tertre Gris.

Bien des hypothèses circulent concernant la signification et les moyens mis en oeuvre pour l'édification de cette pierre debout.

Ce menhir symboliserait la force, l'immortalité et certainement la fécondité.

Sa datation imprécise remonterait à 3 000 ans avant Jésus Christ.

Sa hauteur visible est de 4.80 mètres et sa masse est estimée entre 12 à 15 tonnes.

Près du village de la Guinois et de la Chapelle du Châtellier, de gros blocs de quartzite, bousculés par les travaux ruraux, attestent une implantation mégalithique étendue qui incluait très probablement deux dolmens. Seul le menhir de la Pierre-Longue, ou menhir du Perrain, a conservé sa place d'origine.

5 La Hersonnais

14 vdqperufrii6c433eehbi2pqryk7t4-pre

15 wqycd2qh0swk2bghqc64p4uvj0gjl0-pre

La découverte en 1989, d'un site d'habitat à la Hersonnais atteste la présence d'une population importante il y a 4000 à 5000 ans.

De vastes habitations collectives, construites essentiellement en bois et entourées de palissades, ont été mises à jour.

La plus vaste mesure 104 mètres de long sur 12 mètres de large, une autre 95 mètres de long sur 12 mètres de large. Le gisement s'étend sur trois hectares.

Une légende attachée à la Pierre Longue affirmait qu'à la nuit tombée, le Levrette-Blanche ou la Païenne sillonnait la lande à la vitesse de l'éclair, épouvantait le bétail et bousculait dans les ajoncs les traînards au retour de la foire.

6 Les Ardoisières de Riadan, Riadin ou Riadun

Ouvertes au 18e siècle ce n'est qu'au cours du 19e que les carrières se développèrent.

7 puits d'une profondeur de 15 à 30 m furent creusés pour l'extraction de blocs de schiste.

Ces blocs servaient à la fabrication d'ardoises de toiture, de dallage, de tables de billard, de pierres tombales et d'urinoirs pour les écoles et autres lieux publics.

Le nombre d'ouvriers appelés « carriers » ou « perreyeurs » variait de 20 à 150 personnes en fonction de l'activité.

L'été, les ouvriers désertaient les ardoisières pour aller se louer dans la plaine de la Beauce, la moisson étant beaucoup mieux payée.

Le filon de Riadan n'étant pas de première qualité, trop riche en porosités de pyrite de fer appelé "chat", les carrières fermèrent au début de l'année 1901.

La résidence du directeur existe toujours au milieu d'un parc d'un hectare.

Rénovée à plusieurs reprises et appelée "le château blanc", elle est toujours habitée.

17 eqaw5zx0lkdq7xfbw5scho3pg33hu3-pre

Carte ancienne - Collection LD

18 qhmitmkgms7pev59mc6k1j81k59iup-pre

Carte ancienne - Collection LD


Création site collectivité